5/5 - (4 votes)

Est-on obligé de s’occuper de ses parents malades ? Oui, les enfants ont l’obligation d’aider un parent ou un beau-parent qui n’est pas en mesure de subvenir à ses besoins (manger, s’habiller, se loger, se soigner, etc.). Cette obligation alimentaire peut prendre la forme d’une aide financière ou d’une aide en nature (par exemple, en fournissant des objets ou des services). Dans cet article, revenons ensemble sur cette obligation.

Soins aux parents : que dit la loi ?

Les règles concernant les soins apportés aux parents sont prévues dans le Code civil, notamment à l’article 205, qui stipule : « Les enfants doivent aliments à leurs père et mère ou autres ascendants qui sont dans le besoin ». En d’autres termes, une personne est tenue d’aider financièrement un parent incapable de subvenir à ses propres besoins. Cela peut être comparé à la pension alimentaire qu’un parent verse habituellement pour ses enfants en cas de séparation.

Les obligations entre enfants et parents sont ainsi réciproques. Lorsqu’un parent est dans le besoin, une contribution peut être demandée aux enfants. Cette aide peut compenser une absence totale de ressources ou une insuffisance. Pour déterminer cette obligation, les ressources et charges du parent dans le besoin seront examinées. Une analyse de la situation permettra de juger si le parent peut subvenir seul à ses besoins ou s’il a besoin d’une aide supplémentaire.

obligation occuper parent malade

Dans quels cas peut-on être dispensé de cette obligation ?

Dans certaines situations complexes de familles abusives, il existe des recours légaux permettant aux enfants d’être exonérés de l’obligation alimentaire. Pour cela, ils doivent déposer une demande d’exonération auprès du juge aux affaires familiales, qui statuera sur le cas. Trois principales situations peuvent justifier une exonération de l’obligation alimentaire :

  1. Manquement grave aux obligations familiales : violences physiques ou psychologiques, abandon du foyer, etc.
  2. Retrait des droits parentaux : retrait des droits et de l’autorité parentale, que ce soit pour le père ou la mère.
  3. Retrait précoce de l’enfant du foyer : l’enfant doit avoir quitté le foyer avant l’âge de 12 ans et être resté éloigné depuis plus de 3 ans.

Dans le cas d’une aide financière, comment est-elle calculée ?

L’ensemble des charges et des revenus de la personne concernée par l’obligation alimentaire (c’est-à-dire le devoir de subvenir aux besoins de ses parents) est pris en compte. L’obligé alimentaire (celui qui va financer les besoins de ses parents) doit apporter au juge la preuve des dépenses obligatoires dans sa vie quotidienne, comme le loyer, s’il souhaite qu’elles soient prises en compte.

Toutefois, ses ressources doivent être suffisantes pour lui permettre de subvenir également à ses propres besoins. Si la personne avec qui il ou elle vit n’a pas été personnellement convoquée ou assignée par le juge, ses ressources ne sont pas prises en compte. Il en est de même pour les revenus du partenaire pacsé ou du concubin.

En revanche, le juge tient compte du partage des charges dont bénéficie la personne recevant l’obligation alimentaire. Le devoir de secours entre époux (qui est équivalent à l’obligation alimentaire) prime sur l’obligation des enfants à fournir des aliments aux parents.

Par exemple, si une femme mariée ou Pacsé est dans le besoin, c’est d’abord à son époux de l’aider financièrement. Ce n’est que si ses revenus ne suffisent pas que les enfants seront sollicités. Les enfants peuvent également devoir payer la part des aliments lorsqu’un parent ne peut couvrir les frais de maison de retraite ou d’Ehpad. Le pensionnaire devra alors démontrer qu’il est dans le besoin et que sa pension de retraite est insuffisante.

La fin de l’obligation alimentaire

L’obligation alimentaire prend fin au décès du parent concerné (sauf pour les gendres et belles-filles en cas de divorce ou de décès du conjoint), à condition qu’aucun enfant ne soit né de l’union. Se soustraire à cette obligation peut entraîner des conséquences graves : le non-versement pendant plus de 2 mois d’une pension alimentaire décidée par la justice est considéré comme un abandon familial. Cette infraction est passible de 2 ans d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende. À moins de prouver que vos liens familiaux sont légalement rompus, vous êtes tenu de vous occuper de vos parents lorsqu’ils deviennent dépendants.

loi parent malade enfant

Prendre soin de ses parents malades grâce à l’aide à domicile

Prendre soin de ses parents malades peut être une tâche complexe, mais plusieurs solutions existent pour alléger cette responsabilité, notamment l’aide à domicile. En plus d’apporter un soutien quotidien, ce type d’aide peut également permettre de bénéficier d’avantages fiscaux comme le crédit d’impôt.

L’ADIAM (Association d’Aide et de Soins à Domicile à Paris) propose une gamme de prestations pour aider les familles à prendre soin de leurs parents malades ou en perte d’autonomie. L’association offre des services variés incluant :

  • Aide à la toilette et à l’habillage : Assistance quotidienne pour les tâches d’hygiène personnelle.
  • Aide aux repas : Préparation et assistance pour les repas, assurant une alimentation équilibrée et adaptée.
  • Aide soignante à domicile : Soins médicaux prodigués par des infirmiers qualifiés pour les patients nécessitant une surveillance médicale régulière.
  • Accompagnement social et aide administrative : Soutien dans les démarches administratives et sociales pour alléger la charge des proches.
  • Soutien psychologique : Écoute et soutien pour les familles et les patients afin de mieux gérer les situations difficiles.

Ces services permettent de maintenir les personnes âgées dans leur cadre de vie habituel tout en assurant un accompagnement de qualité. Ils sont souvent un complément indispensable à l’obligation alimentaire des enfants, leur permettant de concilier leur propre vie avec les besoins de leurs parents.

 

Les dépenses engagées pour l’emploi d’une aide à domicile ouvrent droit à un crédit d’impôt égal à 50 % des dépenses engagées, dans la limite de 12 000 € par an (majoré de 1 500 € par personne à charge, sans dépasser 15 000 €). Pour en bénéficier, la personne prise en charge doit être âgée de plus de 65 ans ou être en situation de handicap.

aide domicile parent malade

L’aide et les soins à domicile pour les seniors souffrant d’arthrose des doigts

Auxiliaire de vie à domicile

Une auxiliaire de vie à domicile peut jouer un rôle crucial pour les seniors souffrant d’arthrose des doigts. Son intervention permet de maintenir une certaine autonomie tout en allégeant la charge des tâches quotidiennes. Les auxiliaires à domicile peuvent assister les seniors dans de nombreux aspects de leur vie quotidienne, notamment :

  • Aide aux activités de la vie quotidienne (AVQ) : Les tâches, comme s’habiller, préparer les repas, aller aux toilettes, peuvent devenir extrêmement difficiles pour les personnes souffrant d’arthrose des doigts. Une auxiliaire à domicile peut apporter une aide précieuse en accomplissant ces tâches ou en soutenant les seniors pour qu’ils puissent les réaliser eux-mêmes autant que possible, préservant ainsi leur dignité et autonomie.
  • Soutien émotionnel et social : La douleur chronique et les limitations physiques peuvent conduire à l’isolement social et à la dépression de la personne âgée. Les auxiliaires à domicile offrent une compagnie régulière et un soutien émotionnel, aidant les seniors à maintenir une vie sociale active et à rester engagés dans des activités qui leur apportent du plaisir.

Une infirmière à domicile pour les personnes souffrant d’arthrose des doigts

L’objectif principal du service d’infirmières à domicile à Paris de l’adiam est de permettre aux usagers de rester chez eux tout en recevant des soins adaptés à leurs besoins spécifiques.

Aujourd’hui, les soins infirmiers à domicile jouent un rôle essentiel dans le maintien à domicile des patients, permettant de prévenir les hospitalisations inutiles et de faciliter le retour à domicile après une intervention médicale. En offrant des soins personnalisés, les infirmières à domicile de Paris contribuent à maintenir l’autonomie des personnes âgées, tout en leur apportant le soutien nécessaire pour gérer leur condition de manière efficace.

Les infirmières à domicile à domicile formées peuvent également aider à appliquer les techniques de gestion de la douleur recommandées, telles que les massages, les exercices de mobilisation douce des doigts, et l’utilisation de dispositifs d’assistance. Elles peuvent également rappeler aux seniors de prendre leurs médicaments et surveiller les effets secondaires éventuels.

Le rôle de l’ergothérapeute dans l’adaptation du domicile

Un ergothérapeute de l’adiam peut évaluer l’environnement domestique et recommander des adaptations pour le rendre plus ergonomique et sécurisé afin de faciliter les activités quotidiennes. L’ergothérapeute à domicile évalue les besoins spécifiques de chaque patient et propose des solutions pour rendre le logement plus fonctionnel et accessible. Cela peut inclure l’installation de poignées ergonomiques, l’utilisation de couverts et d’ustensiles de cuisine adaptés, ainsi que d’autres aides techniques pour réduire la douleur et augmenter l’autonomie. L’ergothérapeute enseigne également aux patients comment utiliser ces équipements de manière efficace et sécuritaire. Grâce à ces interventions, les patients peuvent maintenir une meilleure qualité de vie et une plus grande indépendance.

 

En somme, l’intervention d’une auxiliaire à domicile permet d’améliorer la qualité de vie des seniors atteints d’arthrose des doigts en les aidant à gérer leur condition de manière plus efficace et en leur offrant le soutien nécessaire pour rester actifs et autonomes.