Call Button
La perte d’audition avec l’âge est-elle inéluctable ?
5 (100%) 1 vote

On sera surpris de savoir que les facultés auditives commencent à diminuer dès l’âge de 18-20 ans. Bien entendu, la quasi-totalité des jeunes adultes entendent parfaitement bien puisque ce déclin est, dans la plupart des cas, très lent. À partir de cinquante ans environ, de nombreuses personnes notent une diminution progressive de leurs capacités auditives. C’est à ce moment que l’évolution de l’audition avec l’âge se fait ressentir davantage. La perte auditive liée à l’âge, qui est également appelée presbyacousie, touche à peu près 40% des 60-70 ans et plus de 50% des plus de 80 ans selon une étude menée en France par la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques).

La surdité chez les personnes âgées survient lorsque les cellules ciliées de l’oreille interne commencent à mourir. Cela a pour conséquence l’apparition de difficultés à entendre notamment les fréquences sonores les plus aigües. En général, les personnes affectées s’en rendent compte, car elles ne parviennent plus à comprendre clairement les propos des personnes avec qui elles échangent. Les sons de certaines consonnes comme le “k”, “t”, “f”, “s” et “p” sont ceux qui ont les fréquences les plus élevées et deviennent donc inaudibles. La déficience auditive est avérée lorsque l’on constate une perte de 30 décibels.

Quelles sont les conséquences sur le quotidien des personnes âgées ?

L’audition des personnes âgées est un sujet malheureusement encore relativement tabou, car il fait référence au vieillissement qui est une notion que grand nombre de personnes préfèrent occulter. Lorsque quelqu’un est affecté par la presbyacousie, les répercussions sur son comportement, sa confiance en soi et sa vie quotidienne sont très grandes.

Les difficultés à communiquer avec d’autres individus au jour le jour ont plusieurs conséquences. Tout d’abord, comprendre une conversation demande davantage d’efforts à une personne âgée souffrant de perte auditive et ainsi elle sera plus facilement fatiguée, d’autant plus que les seniors sont une population plus fragile. Par ailleurs, les quiproquos ou incompréhensions surviennent plus fréquemment, car la personne qui entend mal ne demandera pas systématiquement à son interlocuteur de répéter ce qu’elle vient de dire. En effet, la presbyacousie engendre souvent un sentiment de honte qui empêche le souffrant d’en parler librement ou même de demander de l’aide. Tous ces obstacles dans les relations humaines peuvent entraîner une rupture du lien social et mener à une situation d’isolement.

Les incompréhensions qui peuvent survenir lors de visites médicales sont d’autant plus problématiques. Si le patient ne comprend pas bien le traitement qu’il doit prendre et surtout sa posologie, il y a des risques que celui-ci ne le prenne pas correctement ou pas du tout. L’âge avançant, il est fréquent que les personnes âgées souffrent de pathologies chroniques qui doivent être traitées par des médicaments pris de manière régulière et qui pourraient s’aggraver en cas de suspension du traitement médicamenteux.

Que faire pour limiter les répercussions négatives de la presbyacousie ?

Dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, il est recommandé de prendre le plus grand soin de ses oreilles afin de les préserver. Cela passe bien entendu par une bonne hygiène, mais également par une limitation de l’exposition au bruit. Les écouteurs sont à utiliser avec précaution et en limitant le volume sonore. Afin de se préserver des bruits (qu’ils soient liés à une activité professionnelle ou bien à du bricolage par exemple), les personnes exposées peuvent porter un casque anti bruit.

À partir d’un certain âge ou bien si on a quelque doute que ce soit sur son audition, il est bon de consulter un ORL de manière régulière. Une visite annuelle permettra un dépistage précoce et ainsi aidera la personne âgée atteinte de presbyacousie de souffrir le moins possible de ce handicap en utilisant une prothèse auditive. Aujourd’hui les appareillages sont de plus en plus petits et discrets ce qui donne la possibilité aux seniors qui entendent mal et qui auraient ce sentiment de honte que nous évoquions plus haut, de s’équiper tout de même d’une prothèse. L’appareil auditif est une véritable porte ouverte vers le monde extérieur afin de contrer la perte auditive liée à l’âge.

Enfin, l’entourage joue un rôle déterminant dans l’accompagnement de leur proche. Il est essentiel de ne pas couper les ponts avec son aîné avec qui la communication peut être difficile, car c’est précisément en entretenant les relations familiales et amicales que la personne âgée malentendante va pouvoir garder confiance en elle et ne pas souffrir d’isolement.

Adapter son logement pour permettre une meilleure perception des soins : une expertise adiam

Lorsque la presbyacousie s’installe, il peut être nécessaire de réaménager son logement. En effet, la prise en compte de l’acoustique est un facteur important pour l’amélioration de la perception auditive des personnes âgées. Les ergothérapeutes de l’adiam préconisent par exemple :

  • D’éviter à l’intérieur du logement toutes les sources de bruit nuisibles en choisissant des appareils électroménagers à faible niveau et nuisance sonore
  • D’installer une boucle magnétique d’appartement permettant de diffuser les sons émis par une télévision ou une radio directement à un appareil auditif ou à un implant cochléaire
  • De créer des espaces ouverts permettant d’une part une meilleure perception visuelle et d’autre part une meilleure circulation des signaux sonores.