Call Button
5 (100%) 6 votes

Une femme sur 8 est touchée par le cancer du sein. Le premier facteur de risque est l’âge de la patiente : la grande majorité des cancers du sein se développent chez les femmes âgées de plus de 50 ans.

Grâce aux progrès de la recherche médicale, la prise en charge thérapeutique et l’accompagnement des malades se sont considérablement améliorés afin de proposer des traitements de plus en plus conservateurs, et une vie après cancer de qualité.

Cancer du sein après 50 ans : prévention et dépistage

Prévention du cancer du sein

Avant la ménopause, le cancer du sein tend à dépendre de facteurs de risque non-comportementaux, comme les antécédents familiaux, l’âge des premières règles, etc.

En revanche, plus de la moitié des cancers du sein survenant après la ménopause pourraient être évités en adoptant une meilleure hygiène de vie.

Certains comportements seraient considérés comme facteurs de risque, tels que : le surpoids et l’obésité, l’alimentation déséquilibrée, la consommation d’alcool, le traitement hormonal de la ménopause, etc.

Dépistage organisé du cancer du sein

Dépistage cancerAfin de déceler au plus vite une tumeur mammaire, un dépistage systématique du cancer du sein a été mis en place. Il permet à toutes les femmes âgées entre 50 et 74 ans de bénéficier d’un suivi mammaire complet tous les deux ans, dans le but d’optimiser le diagnostic précoce dans le cadre de la lutte contre le cancer. Ce suivi comporte une mammographie, ainsi qu’un examen clinique des seins chez un radiologue.

Ce dépistage organisé est pris en charge à 100 % par la sécurité sociale, sans avance des frais. Il concerne toutes les patientes dans cette tranche d’âge n’ayant pas de facteurs de risque particulier, autre que l’âge. Pour les patientes qui présentent un risque important de développer un cancer du sein, un suivi médical adapté personnalisé est à discuter auprès de leur médecin référent.

Les mammographies réalisées dans le cadre du dépistage organisé bénéficient d’une double lecture : les résultats sont réétudiés par un deuxième médecin radiologue agréé. Une échographie mammaire peut compléter cet examen si besoin.

Le choix de la tranche d’âge 50-74 ans est le plus efficace en termes de bénéfices et limites pour les patientes. Au-delà de 74 ans, la poursuite des mammographies régulières et des examens de dépistage individuel doit être discutée avec votre médecin, notamment en cas de risque élevé. Vous ne recevez plus d’invitations pour le dépistage organisé.

Par ailleurs, le choix de participer au dépistage organisé du cancer du sein est une décision personnelle. Il n’est pas obligatoire, et il est capital de s’informer sur les avantages et les limites de cette démarche.

Traitements du cancer du sein : une approche conservatrice

Thérapie cancer du sein

Plan thérapeutique

Toutes les patientes porteuses d’un cancer du sein auront un protocole de traitement différent en fonction de la nature de la tumeur mammaire. Selon le type de cancer, le traitement d’un cancer du sein chez la femme de plus de 50 ans peut comprendre : une chirurgie, une chimiothérapie, et une radiothérapie.

La décision de prise en charge thérapeutique est prise au cours d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) qui regroupe différents spécialistes (chirurgien, oncologue, anatomopathologiste, radiothérapeute, etc.) afin de proposer à chaque patiente le meilleur traitement possible pour sa situation personnelle.

Reconstruction mammaire immédiate

Les avancées de la médecine permettent aujourd’hui de proposer à de plus en plus de patientes un traitement conservateur sur le plan chirurgical.

Si la tendance était de privilégier une ablation du sein sans reconstruction ou avec une reconstruction mammaire différée, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Une grande majorité de patientes atteintes de cancer du sein peuvent à présent bénéficier d’une reconstruction mammaire immédiate, de façon à remodeler le sein directement pendant l’intervention d’exérèse de la tumeur cancéreuse.

Cette technique présente de nombreux avantages. Elle permet de conserver le sein afin d’éviter l’amputation totale, qui peut être très traumatisante pour la patiente.

Plus besoin de prothèses mammaires provisoires : le galbe du sein est conservé.

Par ailleurs, la reconstruction mammaire immédiate dispense la réalisation de deux interventions chirurgicales distinctes (mastectomie puis reconstruction du sein). Cela représente un gain de temps considérable pour la suite de la prise en charge thérapeutique chez la patiente porteuse d’une tumeur mammaire. Les risques liés à toute intervention chirurgicale sont également limités, puisque la patiente bénéficie d’une seule anesthésie au lieu de deux.

La vie après cancer s’en trouve grandement améliorée : la reconstruction immédiate du sein permet un retour plus rapide à une vie sociale et familiale de qualité, en réduisant les périodes de convalescence.

Suivi après cancer du sein chez les femmes de plus de 50 ans

Suivi médical

Un suivi alterné rapproché est mis en place dans les 5 années qui suivent le traitement d’un cancer du sein. Le rythme des consultations s’articule en alternance entre le chirurgien, l’oncologue, le radiothérapeute, et le médecin traitant ou gynécologue :

  • tous les 4 mois pendant 2 ans ;
  • tous les 6 mois pendant 3 ans ;
  • une mammographie annuelle à la date anniversaire du diagnostic.

Vie après-cancer

Au-delà de la surveillance médicale, de plus en plus d’associations et de services spécialisés proposent des accompagnements personnalisés dans la vie après-cancer.

Activité physique adaptée, ateliers de groupe, accompagnement administratif : votre équipe médicale saura vous aiguiller vers les aides disponibles selon vos besoins, afin de retrouver une qualité de vie optimale le plus rapidement possible.

Aide personnes âgées cancer Paris

Aides pour les personnes âgées à Paris pour le cancer

L’adiam avec son service polyvalent d’aide et de soins à Paris est présente auprès des femmes atteintes d’un cancer du sein. L’association permet d’envoyer des aides à domicile pour soulager le quotidien comme les courses, la préparation des repas, l’aide à l’entretien du logement, et des soignants pour les aides physiques comme la toilette, les soins de confort.

Des Infirmières assurent le suivi thérapeutique, la surveillance des traitements, lévaluation de la douleur. Tous les intervenants de l’Adiam sont formés à l’accompagnement, une sélection adaptée des personnels permet d’être au plus près des besoins spécifiques de la personne.

Sources :

https://www.docteursarfati.com/

https://www.topsante.com/senior/sante-des-seniors/cancer-les-seniors-plus-touches-mais-bien-soignes-624816