Call Button
Grille AGGIR : Évaluation de perte d’autonomie
5 (100%) 12 votes

Article mis à jour en 2019

La grille AGGIR (Autonomie, Gérontologie, Groupes Iso-Ressources) permet d’évaluer le niveau de dépendance des personnes âgées à travers une série de questions. Cette évaluation est requise dans le cadre d’une demande d’allocation personnalisée d’autonomie (APA), mais peut également être conduite indépendamment de la demande d’aide.

L’indicateur AGGIR a été élaboré par des médecins issus de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG) et de la Sécurité Sociale et inclut différents critères qui vont permettre de déterminer le degré de dépendance physique et/ou psychique d’un senior afin de lui apporter un accompagnement adéquat.

En effet, l’autonomie des personnes âgées est un sujet particulièrement important lorsque cette personne souhaite continuer à vivre à son domicile. Les proches aidants ainsi que le personnel soignant qui entourent la personne peuvent dans certains cas solliciter eux-mêmes une évaluation du niveau de dépendance de la personne dans le but de pouvoir adapter au mieux les aides qui lui seront apportées.

Le maintien à domicile peut dans certains cas être difficile à appréhender, c’est pourquoi il est nécessaire de s’assurer d’un environnement totalement favorable à une autonomie maximum des personnes du troisième âge.

Calcul du GIR, comment est il calculé ?

Afin de pouvoir déterminer de la manière la plus correcte le degré de dépendance de la personne âgée, l’équipe socio-médicale ou le médecin traitant vont se baser sur un ensemble de 10 critères et un système de notation.

Voici les critères pris en compte dans le calcul de l’indicateur AGGIR :

10 critères corporels et mentaux pris en compte dans le calcul du groupe iso-ressources

Seules les 10 premières variables appelées discriminantes vont permettre de définir le groupe iso-ressources (GIR) auquel la personne âgée appartient.

Les variables discriminantes couvrent l’ensemble des activités corporelles ou mentales auxquelles la personne est confrontée. Il s’agit ici de savoir si la personne peut être autonome dans sa toilette (se laver, s’habiller et se déshabiller), si elle peut se déplacer dans son lieu de vie (se lever, s’asseoir ou se coucher) comme à l’extérieur ainsi que se repérer dans l’espace et le temps. On cherche également à savoir si la personne peut se nourrir seule et si elle est capable de communiquer de manière logique et indépendante, notamment à travers l’usage de moyens de communication à distance comme un téléphone ou une alarme afin de pouvoir prévenir son entourage en cas de besoin.

Système de notation A, B ou C

Pour chacune de ces variables, le médecin doit évaluer si la personne est en mesure de faire l’activité seule ou non. Il attribue à chaque action une note A, B ou C selon les critères suivants :

  • A : la personne fait seule, totalement, habituellement, spontanément et correctement
  • B : la personne fait seule mais partiellement, non habituellement, non spontanément et/ou non correctement
  • C : la personne ne fait pas seule et a besoin d’aide

La combinaison de ces dix notes va permettre de déterminer le groupe iso-ressources (GIR) de la personne selon la grille AGGIR.

7 critères domestiques et sociaux

Par ailleurs, il y a 7 variables supplémentaires, dites illustratives, qui regroupent les activités domestiques et sociales. Ces informations complémentaires seront utiles au corps médical afin d’élaborer un plan d’accompagnement et préciser le type d’aide à mettre en place au domicile de la personne âgée.

Ces critères vont s’intéresser au degré d’autonomie de la personne dans tout ce qui est relatif à la gestion de son foyer (gérer ses affaires, ses biens, son argent, s’occuper du ménage du logement, préparer ses repas), mais également à la capacité de la personne à suivre un traitement ordonné par un médecin ainsi qu’à participer à des activités de loisir individuelles ou en groupe.

La grille AGGIR n’est qu’un des éléments de l’ensemble des informations (histoire, état de santé, contexte psychologique, environnement physique, humain et matériel…) indispensable à la mise en place d’un plan d’aides et de soins personnalisés.

La grille AGGIR 2019

cette méthode d’évaluation définit 6 niveaux de dépendance différents dans lesquels sont classées les personnes âgées en fonction du diagnostic pratiqué lors de l’évaluation. Le GIR 1 est le groupe auquel appartiennent les personnes présentant le degré de dépendance le plus élevé et le GIR 6 rassemble à l’inverse les personnes qui affichent un degré d’autonomie suffisant pour mener à bien les tâches usuelles de la vie quotidienne.

Voici en détail la grille AGGIR qui n’a pas changé en 2019 et qui permet de mesurer le degré de dépendance ou d’autonomie de la personne âgée.

Dépendance totale 

GIR 1 : Perte totale des capacités mentales et physiques

Elle concerne les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil dont les capacités mentales sont totalement altérées et qui doivent être aidées au quotidien et de manière permanente. Cela concerne également les personnes en fin de vie.

GIR 2 : Perte partielle de l’autonomie

Elle concerne les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil dont les capacités intellectuelles ne sont pas complètement altérées et doivent être aidées pour les activités de la vie courante. Cela concerne aussi ceux qui ont une autonomie corporelle, mais dont les capacités mentales sont altérées et qui ont besoin d’être surveillées.

Dépendance partielle

GIR 3 : Perte totale de l’autonomie corporelle

Elle concerne les personnes âgées ayant conservées leurs capacités mentales, mais partiellement leurs capacités motrices et ont besoin d’une aide quotidienne et fréquente pour les soins corporels (préparation à la toilette …).

GIR 4 : Perte partielle de l’autonomie corporelle

Elle concerne les personnes âgées ayant conservées ses capacités à se déplacer, mais ayant besoin d’être aidées pour se lever, se coucher, pour la toilette, l’habillage et les repas.

Autonomie partielle

GIR 5 : Elle concerne les personnes âgées pouvant se déplacer seules, mais nécessitant une aide pour la toilette, le ménage et la préparation des repas.

 

GIR 6 : Elle concerne les personnes âgées ayant conservées leurs capacités pour les actes de la vie courante.

Il est important de faire une évaluation du GIR pour savoir si la personne âgée peut prétendre à l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA).

En effet, les groupes 1 à 4 donnent droit à l’APA alors que les groupes 5 et 6 permettent seulement à la personne âgée de faire une demande d’aide ménagère auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse. De plus, le montant de l’APA varie également si la personne âgée est classée en GIR 1, 2, 3 ou 4.

A noter que toute personne dont l’état de santé évolue au cours du temps peut faire l’objet d’une réévaluation de son GIR afin d’adapter les aides à ses nouveaux besoins. Il suffit d’adresser une lettre au service du département de son domicile. Et pour ceux qui ont été catégorisés en GIR 5 ou 6, vous pouvez refaire une demande d’APA si votre état de santé et vos besoins ont évolué.