Pour faire face à une petite retraite, un panel assez large de dispositifs d’aides publiques existe. Ces dernières permettent l’augmentation du pouvoir d’achat ou bien une nette amélioration des conditions de vie des retraités qui sont concernés. L’objectif ? Aider les personnes âgées en situation d’invalidité ou de précarité à rester à leur domicile, à vivre une retraite paisible et à vieillir en toute sérénité.

Quelles sont les principales aides sociales pour compléter une petite retraite ?

L’ASPA : l’allocation de solidarité aux personnes âgées

L’ASPA est une allocation versée par les caisses de retraites et dépend des ressources (revenus et patrimoine disponible). Elle peut s’ajouter, dans une certaine mesure, aux revenus personnels.

Pour bénéficier de l’ASPA, il est nécessaire de remplir certaines conditions :

  • être âgé de 65 ans ou plus (sauf exceptions liées, par exemple, à l’invalidité) ;
  • résider régulièrement en France (minimum 6 mois par an) ;
  • justifier de faibles ressources, à savoir inférieures à 10 881,75 € par an pour une personne seule et inférieures à 16 893,94 € par an pour un couple.

Le montant de l’allocation accordé à une personne seule est équivalent à la différence entre 10 881,75 € et ses propres ressources. Pour un couple, le montant correspondra à la différence entre 16 893,94 € et les ressources globales des deux personnes.

Pour l’obtenir, il est nécessaire d’en faire la demande auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) par le biais du formulaire Cerfa n°14957*01 (disponible en mairie ou à la caisse de retraite). Après acceptation de la demande, l’allocation est versée le 1er jour du mois suivant.

À savoir, l’ASPA remplace le minimum vieillesse depuis 2006. Il est toujours possible de passer du régime du minimum vieillesse à cette nouvelle allocation, mais cette décision sera alors irrévocable.

L’APA : l’allocation personnalisée d’autonomie

L’APA est une allocation visant à couvrir intégralement ou partiellement la perte d’autonomie et les dépenses nécessaires au maintien à domicile ou à l’hébergement en établissement adapté des séniors recevant une petite retraite. Elle est versée par les services de chaque département.

Les dépenses concernées peuvent être liées :

  • à des services d’aide à domicile ;
  • à l’achat d’équipements ;
  • à l’achat de produits pour l’hygiène ;
  • aux repas ;
  • aux dépenses nécessaires pour aménager le logement ;
  • à des frais de transport ;
  • à la compensation de services rendus par un aidant familial.

Pour bénéficier de l’APA, il faut remplir les conditions suivantes :

  • être âgé de 60 ans ou plus ;
  • habiter en France ;
  • être en perte d’autonomie (évalué comme relevant du GIR 1, 2, 3 ou 4 par une équipe de professionnels).

Les montants se répartissent (dans le cas d’un maintien à domicile) de la manière suivante :

  • GIR 1 : 1 747,58 € ;
  • GIR 2 : 1 403,24 € ;
  • GIR 3 : 1 013,89 € ;
  • GIR 4 : 676,30 €.

L’éligibilité ne dépend pas de conditions de revenus. Il est toutefois nécessaire de remplir les conditions d’âge, de résidence mentionnées ci-dessus et d’être capable de justifier d’une perte d’autonomie partielle ou totale.

De plus, cette allocation n’est pas cumulable avec d’autres prestations : aide-ménagère à domicile, aides des caisses de retraite, prestation de compensation du handicap (PCH).

aide logement retraite

Quelles sont les aides au logement disponibles pour combler une faible retraite  ?

APL : l’aide personnalisée au logement

L’APL est attribuée sans conditions d’âge et peut aider les retraités locataires à revenus modestes. Le principe de cette allocation est de couvrir une partie du loyer sous réserve que les locataires qui en font la demande respectent des conditions de ressources et que le logement soit conforme à certains critères. Elle est versée par la CAF (Caisse d’allocations familiales) ou la MSA.

Son montant est calculé sur la base des revenus imposables des 12 derniers mois pour l’ensemble du foyer vivant dans le logement.

Il est difficile de définir avec précision les critères et les montants que vous pouvez attendre individuellement pour cette aide. Le plus simple est de calculer l’estimation de vos droits directement sur le site Internet de la CAF.

ALS : l’allocation de logement sociale

L’ALS est une aide à caractère social destinée aux personnes qui ne peuvent pas bénéficier de l’APL ou de l’ALF. Elle peut être attribuée aux personnes handicapées qui touchent une petite retraite. Elle est versée par la CAF. Le demandeur peut effectuer une demande d’ALS s’il est dans l’une des situations suivantes :

  • il est locataire, colocataire ou sous-locataire (déclaré au propriétaire) d’un logement meublé ou non ;
  • il est accédant à la propriété et a bénéficié d’un prêt immobilier pour l’achat du logement (seuls les prêts signés antérieurement au 1er février 2018 sont concernés) ;
  • il est résident d’un foyer d’hébergement ;
  • il effectue la demande pour une résidence principale située en France.

Le logement pour lequel la demande d’aide est effectuée doit répondre à certains critères de décence et de conditions minimales d’occupation.

À noter que l’ALS est attribuée en fonction des ressources et conformément à certains plafonds. La prise en compte est réalisée en fonction de la composition du foyer et du lieu du logement.

Son montant est calculé en fonction de barèmes qui prennent en considération :

  • la situation familiale du demandeur ;
  • les ressources du demandeur et de la personne avec laquelle il vit ainsi que la valeur en capital du patrimoine, lorsque cette valeur est supérieure à 30 000 € ;
  • le montant du loyer, de la redevance ou des charges de remboursement des prêts contractés pour l’acquisition du logement ou son amélioration.

Il est difficile de définir avec précision le montant de l’aide que vous pouvez attendre individuellement. Le plus simple est de calculer l’estimation de vos droits directement sur le site Internet de la CAF.

aide santé eetraite

Petite retraite : quelles sont les aides possibles pour couvrir les dépenses de santé ?

Dans le cas où une personne âgée reçoit une petite retraite, la complémentaire santé solidaire peut constituer une aide précieuse pour la prise en charge des dépenses de santé, notamment pour les :

  • dépenses de santé chez le médecin, le dentiste, le kinésithérapeute, l’infirmière, le pharmacien ou à l’hôpital ;
  • dépenses liées aux lunettes, des prothèses dentaires et auditives ;
  • tarifs sans dépassement chez les médecins.

Somme toute, ces aides permettent d’être entièrement remboursé, dans la limite des tarifs fixés par la sécurité sociale. En fonction des ressources, la complémentaire santé solidaire est sans participation financière ou coûte entre 8 € et 30 € par mois selon l’âge.

Le droit à la complémentaire santé solidaire dépend de la situation familiale et des ressources. Pour en bénéficier, la personne âgée doit être bénéficiaire d’autres allocations puisqu’un numéro d’allocataire (CAF) est indispensable pour la remplir. Il est nécessaire d’en faire la demande chaque année grâce au site d’Ameli.fr.

Petite retraite : les aides existantes pour améliorer la vie quotidienne

Aide financière pour rémunérer une aide à domicile

Si une personne âgée percevant une petite retraite et vivant dans son propre logement se trouve dans une situation où elle ne peut plus effectuer ses tâches ménagères toute seule, elle peut bénéficier d’aides pour être en mesure de rémunérer une aide à domicile.

Cette demande d’aide doit être réalisée auprès du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) si la personne âgée respecte les conditions suivantes :

  • elle est âgée de 65 ans et plus (ou 60 ans si elle est reconnue inapte au travail) ;
  • elle éprouve de lourdes difficultés à réaliser les tâches ménagères principales (ménage, lessive, toilette, préparation des repas, etc.) ;
  • elle ne perçoit pas l’APA à domicile (Allocation Personnalisée d’Autonomie) ;
  • si elle vit seule, ses ressources mensuelles individuelles sont inférieures à 906,81 € par mois ;
  • si elle est en couple, les ressources du couple sont inférieures à 1 407,82 € par mois.

La durée de présence de la personne intervenant au domicile de la personne âgée est fixée par chaque département. Elle varie en fonction des besoins. Toutefois, elle ne peut pas dépasser 30 heures par mois (ou 48 heures si chacun des membres du couple a droit à cette aide).

Cette aide, financée par le département, est versée :

  • Soit directement au service d’aide à domicile utilisé, à la condition qu’il soit habilité à l’aide sociale ;
  • Soit à la personne âgée qui en fait la demande, si elle souhaite faire appel à un salarié qu’elle emploie elle-même.

À noter : une participation financière peut être demandée.

Dans le cas où la personne âgée est à la retraite, mais ne peut pas prétendre à cette aide de la part du département, elle peut en faire la demande à sa caisse de retraite. Dans ce cas, elle doit s’adresser en fonction de son statut professionnel à la Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), à la Sécurité sociale des indépendants ou bien à la Mutualité sociale agricole (MSA). Les caisses de retraite sont autorisées à déterminer elles-mêmes leurs règles d’attribution de l’aide à domicile, les montants versés et la durée de sa présence.

Aide financière pour payer le portage de repas chauds ou les repas en foyer-restaurant

Si une personne âgée percevant une petite retraite et vivant dans son propre logement se trouve dans une situation où elle n’est plus en mesure de faire la cuisine ou ses courses, elle peut bénéficier d’aides pour recevoir des repas adaptés à son régime alimentaire, directement à la maison.

Les repas sont ensuite livrés sous forme de plateaux-repas. La plupart du temps, le plateau-repas est à réchauffer. Les plateaux repas du week-end sont généralement livrés le vendredi.

Cette demande d’aide doit être réalisée auprès du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) si la personne âgée respecte les conditions suivantes :

  • elle est âgée de 65 ans et plus (ou 60 ans si elle est reconnue inapte au travail) ;
  • son état de santé ne lui permet pas de cuisiner ou de faire ses courses ;
  • si elle vit seule, ses ressources mensuelles individuelles sont inférieures à 906,81 € par mois ;
  • si elle est en couple, les ressources du couple sont inférieures à 1 407,82 € par mois.

Si la personne âgée qui en fait la demande perçoit ou peut percevoir l’APA à domicile (Allocation Personnalisée d’Autonomie), les frais de portage de repas peuvent être couverts par cette aide (cela dépend du département).

Pour le portage des repas, le montant de l’aide financière est fixé par l’organisme qui finance cette prise en charge.

À noter : une participation financière peut être demandée, en fonction des ressources et du prix de chaque repas (par exemple, de l’ordre de 0,30 € par repas).

Dans le cas où la personne âgée est à la retraite, mais ne peut pas prétendre à cette aide de la part du département, elle peut en faire la demande à sa caisse de retraite. En effet, certaines caisses de retraite, comme celle du régime général de la sécurité sociale, permettent de faire une demande d’aide-ménagère en remplissant le formulaire de demande d’aide pour bien vieillir chez soi.

Enfin, les personnes âgées à faibles ressources peuvent aussi prendre leurs repas dans un foyer restaurant. Les repas y sont servis à prix modérés et pris en structure collective. Il est utile de se renseigner directement en mairie pour connaître les droits qui existent.

Aide pour se déplacer

Des aides existent également pour que les personnes âgées ne pouvant pas payer les frais de transport puissent se déplacer. Elles peuvent ainsi bénéficier de transport à la demande, d’assistance pour les courses ou pour accomplir leurs démarches…).

Ce type d’aide dépend notamment du lieu de résidence des personnes qui en font la demande. Il est nécessaire de se renseigner auprès des organismes susceptibles de proposer cette aide :

  • la mairie ;
  • les services du département ;
  • la caisse de retraite.

Vous disposez maintenant de la liste des aides permettant de compléter une petite retraite.

Si vous avez besoin de plus d’informations sur les aides décrites dans cet article, contactez-nous dès aujourd’hui.