Aider les personnes âgées à se sentir en sécurité à leur domicile après une hospitalisation, tel est le but de l’Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH). Ce dispositif a été créé pour faciliter le retour à domicile des patients en couvrant une partie des frais de prestations d’aide à l’autonomie. L’objectif ? Assurer à tous un maintien à domicile serein.

L’ARDH, pour qui et pour quoi ?

L’aide au retour à domicile après hospitalisation (ARDH) est une aide conçue pour les retraités de plus de 55 ans aux revenus modestes. Si, après l’hospitalisation, un diagnostic de récupération de l’autonomie a été posé par les professionnels de santé, le senior peut faire une demande d’ARDH.

Aujourd’hui, l’ARDH permet aux personnes ayant de faibles revenus de bénéficier du soutien de personnes qualifiées pour son retour à domicile.

Un dispositif d’aide temporaire au retour à l’autonomie

Afin que toutes les conditions de confort et de sécurité soient respectées, le retour à domicile des personnes âgées est particulièrement encadré. Cette étape est primordiale, tant pour les seniors que pour les acteurs de la santé publique. En effet, chaque senior en convalescence peut être fragile, physiquement et psychologiquement. Il est donc essentiel de lui assurer un environnement sûr, encadré et serein.

L’ARDH est une solution pour les personnes qui ont besoin d’être accompagnées dans ce moment de transition entre l’hôpital et le domicile. Dispositif géré par les caisses régionales de retraite, l’ARDH est personnalisée selon le profil et les besoins du patient. Par exemple, un patient en situation de précarité pourra être aidé à hauteur de 70% du règlement des frais de prestations d’aide à l’autonomie : ménage, cuisine, livraison de courses, portage de repas à domicile…

À noter toutefois que l’ARDH est une aide temporaire et ne peut être versée au-delà de trois mois.

L’adiam vous accompagne dans le retour à domicile après hospitalisation

Notre vidéo explicative

Qui peut bénéficier d’une aide au retour à domicile ?

Plusieurs conditions sont attendues pour pouvoir bénéficier de l’ARDH :

  • être retraité du régime général de la Sécurité Sociale ou conjoint/concubin/partenaire pacsé d’un retraité du RG ;
  • avoir exercé son activité professionnelle la plus longue au régime général ;
  • avoir 55 ans minimum lors de l’hospitalisation ;
  • être en perte d’autonomie ou avoir des difficultés à effectuer des tâches du quotidien ;
  • déclarer des revenus ne dépassant pas le plafond fixé par la caisse régionale.

Le plafond de ressources 2021 est fixé à 1400€ pour une personne seule et 2200 € pour un couple.

D’autre part, le patient ne peut pas bénéficier de l’ARDH s’il est déjà éligible aux prestations sociales d’aide à l’autonomie suivantes  :

  • l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) ;
  • la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) ;
  • l’Hospitalisation à Domicile (HAD) ;
  • la Majoration pour Tierce Personne (MTP) ;
  • la Prestation Spécifique Dépendance (PSD) ;
  • ou à des soins palliatifs.

Il est donc nécessaire d’étudier toutes les conditions en amont pour être bien certain de pouvoir bénéficier de cette allocation temporaire.

Comment faire une demande d’ARDH ?

La demande d’ARDH ne peut être réalisée que si un professionnel de santé a évalué vos besoins d’accompagnement à la sortie de l’hôpital. Ainsi, toute demande d’ARDH doit être initiée avant même la sortie de l’hôpital en prenant contact avec un cadre infirmier ou un membre du personnel hospitalier.

Le professionnel devra remplir le formulaire de demande et énumérer les aides requises pour le patient. Au patient de joindre, ensuite, tous les justificatifs demandés pour attester de son éligibilité au dispositif.

Les formulaires ARDH sont également téléchargeables en ligne. Attention toutefois à bien distinguer les formulaires pour les retraités du Régime général des formulaires pour ceux de la fonction publique lors de la demande.