Evaluer post

L’entrée en maison de retraite est bien souvent synonyme d’appréhension chez les personnes âgées. Soucieuses de quitter leur domicile, leurs souvenirs, les personnes âgées vivent mal ce passage en maison de retraite, de crainte de perdre leur liberté, leur autonomie et le contrôle sur leurs propres choix de vie. Parfois, il s’agit d’une question financière. En France, ce changement de vie survient en moyenne à l’âge de 85 ans. Quelques alternatives existent toutefois et permettent aux personnes âgées encore autonomes de reculer l’entrée en maison de retraite. Tour d’horizon.

La famille d’accueil pour personnes âgées

En France, il existe 15 000 familles d’accueil pour personnes âgées. Il s’agit de foyers familiaux chaleureux, dans lesquels les personnes âgées sont accueillies comme des membres de la famille.
Elles y vivent donc et partagent le quotidien d’une famille. L’un des membres du foyer d’accueil a reçu l’agrément du Conseil Départemental pour prendre soin du senior. Les familles d’accueil peuvent recevoir entre une et trois personnes âgées (cela dépend généralement de l’environnement dans lequel elles vivent, le nombre de pièces, etc).
Cette solution est idéale lorsque vous ne pouvez accueillir votre parent chez vous, que vous ne disposez pas des ressources nécessaires pour financer la chambre d’EHPAD, ou qu’il ne souhaite tout simplement pas intégrer un tel établissement. Pour rappel, le consentement de la personne âgée est obligatoire pour son entrée en institution médicalisée.
La personne âgée profite alors d’un cadre idéal pour vivre sa fin de vie, dans un cocon chaleureux et sécurisé. Elle y retrouve également une utilité sociale, un regain d’énergie par une cohabitation intergénérationnelle.

La colocation solidaire

La cohabitation entre une personne âgée et un étudiant existe déjà en France depuis de nombreuses années. Cela permet au senior de rester chez lui, tout en profitant de la compagnie et de l’aide d’un étudiant soucieux de trouver un lieu de résidence proche de ses études, à moindre coût.
Ce partenariat de confiance, lutte contre l’isolement des personnes âgées et retarde donc son entrée en maison de retraite. L’étudiant se met à la disposition du senior pour les courses, le ménage, les repas. Ils partagent ensemble des moments de vie établi par un contrat.
Mais cette colocation ne s’arrête pas aux étudiants ! En effet, des personnes âgées peuvent vivre sous le même toit, au sein d’un logement suffisamment grand et adapté à leurs besoins. Ces colocations peuvent survenir à la suite d’une hospitalisation, lors des congés des aidants, etc. En vivant ensemble, les colocataires âgés peuvent s’entraider, se soutenir moralement et physiquement. Cela peut être envisagé lorsqu’un conjoint décède et que la solitude pèse sur le conjoint survivant.

L’habitat participatif auto-géré

En 2018, plus de 500 habitats participatifs étaient recensés en France. Il s’agit de structures gérées en totale autonomie par ses habitants, qu’ils soient propriétaires ou locataires, d’après un mode de vie écologique et communautaire.
Ainsi, les personnes âgées encore mobiles peuvent tout à fait se diriger vers ce type de structure, empreintes de valeurs fortes et visant à créer une cohésion entre les résidents.
L’habitat participatif auto-géré est en général une grande maison ou une résidence offrant plusieurs logements indépendants. Ensemble, les habitants veillent au respect de leurs propres valeurs, mettent en place un cadre dans lequel chacun peut évoluer sereinement, tout en prenant en compte les autres résidents, leurs soucis de santé, leurs besoins.
Les activités sont nombreuses et gravitent autour de la vie en communauté (grâce à la présence de salles communes), de la gestion du logement collectif, et de la vie sociale.

aménagement domicile

Aménager son logement pour accueillir son parent âgé

Voir son parent prendre de l’âge est difficile pour certaines familles. Aussi, les contraintes de la vie quotidienne les obligent parfois à devoir vivre loin les uns des autres. Lorsque cela est possible et que la personne âgée est encore en suffisamment bonne santé pour reste à domicile, des familles trouvent des alternatives, directement chez elles.
Ainsi, vous pouvez tout à fait envisager de modifier votre logement pour accueillir votre parent âgé. Il peut s’agir de créer un espace dédié à la personne âgée, pour y mettre une chambre tout du moins.
Aussi, vous pouvez penser à la construction d’une dépendance, ou d’un petit studio si vous disposez du terrain nécessaire. De cette manière, votre parent jouit d’un espace privé dans lequel il vit en totale autonomie tout en étant près des êtres chers à son cœur.
Cela n’empêche en rien la venue d’une infirmière à domicile, d’une auxiliaire de vie pour vous soutenir dans les soins. Cette alternative, bien que coûteuse, est un investissement intéressant quand on sait le prix d’une chambre en EHPAD. De plus, cette alternative lutte contre l’isolement de la personne âgée, qui a des conséquences néfastes sur sa santé.

Les alternatives à la maison de retraite sont nombreuses en France. Si la personne âgée est encore suffisamment autonome pour vivre dans un logement privé, elle peut penser à ses vieux jours au sein d’un environnement sain, chaleureux, protecteur. Ces alternatives sont sources de soulagement pour les familles, qui préfèrent voir leur proche âgé s’épanouir plutôt que de subir une entrée en EHPAD et les difficultés sociales, sanitaires, médicales qui y sont liées.