Call Button

Blog adiam

Retrouvez toutes nos informations et actualités

Une deuxième journée de solidarité non payée pour financer la dépendance ?

Comment financer à l’avenir la prise en charge des personnes âgées dépendantes ? Assurances privées, sécurité sociale ou jour férié travaillé : « nous avons plusieurs pistes », a indiqué jeudi la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.

L’augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes impose de trouver « un nouveau financement » et « nous avons plusieurs pistes », a-t-elle déclaré sur RMC et BFMTV.

Comment lutter contre le stress des personnes âgées et/ou dépendantes ?

Le stress sous toutes ses formes touche de nos jours de nombreuses personnes. Lorsqu’il n’est pas ou mal pris en charge, il peut affecter la vie quotidienne et le bien-être notamment des personnes âgées et parfois mettre en péril le maintien à domicile des séniors ou des personnes dépendantes.

Le phénomène de stress regroupe l’ensemble des réactions du corps face à des contraintes ou des pressions exercées par des conditions extérieures diverses. Chez les personnes âgées ou dépendantes, les effets du stress peuvent être difficiles à appréhender et il est primordial d’apporter un soutien et un accompagnement personnalisé à ces personnes.

Grille AGGIR : Évaluation de perte d’autonomie

La grille AGGIR ✅ (Autonomie, Gérontologie, Groupes Iso-Ressources) permet d’évaluer le niveau de dépendance des personnes âgées à travers une série de questions ❓ Cette évaluation est requise dans le cadre d’une demande d’allocation personnalisée d’autonomie (APA) mais peut également être conduite indépendamment de la demande d’aide. L’indicateur AGGIR a été élaboré par des médecins issus de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG) et de la Sécurité Sociale et inclut différents critères qui vont permettre de déterminer le degré de dépendance physique et/ou psychique d’un sénior afin de lui apporter un accompagnement adéquat.

La domotique au service des personnes âgées

Qu’elle concerne une personne âgée ou bien une personne atteinte d’une maladie incurable en phase finale, la fin de vie est un sujet qui pose grand nombre de questions tant à la personne concernée qu’à son entourage et au corps médical qui l’accompagne. Choisir sa fin de vie et obtenir un accompagnement personnalisé peut permettre au malade d’appréhender de manière plus sereine cette épreuve et d’apaiser certaines angoisses.

Faciliter l’accompagnement de la fin de vie à domicile

Qu’elle concerne une personne âgée ou bien une personne atteinte d’une maladie incurable en phase finale, la fin de vie est un sujet qui pose grand nombre de questions tant à la personne concernée qu’à son entourage et au corps médical qui l’accompagne. Choisir sa fin de vie et obtenir un accompagnement personnalisé peut permettre au malade d’appréhender de manière plus sereine cette épreuve et d’apaiser certaines angoisses.

Comment prévenir les risques de chutes chez les personnes âgées ?

L’un des risques les plus importants d’hospitalisation des personnes âgées reste la fracture d’un membre, en particulier le col du fémur, lors d’une chute.

La prévention de la chute est devenue un véritable enjeu de santé publique.

Comment évaluer la situation ?
Il faut avant tout déterminer la condition physique et psychologique de la personne. Deux critères sont pris en compte :

Interview d’Eric Toledano

L'adiam est en première ligne pour garantir sécurité et confort aux personnes âgées et/ou en situation de handicap à leur domicile.   

Actualité Juive: L'adiam lance un site internet plus moderne et interactif. A quoi correspond cette nouvelle image?

Eric Toledano: Nous avons collaboré pendant plusieurs mois avec une start-up Israélienne (ADgency360) pour construire un site plus attrayant, plus clair et interactif. Nous voulions un site plus dynamique qui soit aussi une réponse à la question de l'accès au droit. Les dispositifs publics sont sous-utilisés par les personnes âgées et/ou en situation de handicap et il nous a semblé qu'un site plus explicatif pouvait partiellement répondre à cette problématique.

Alzheimer : Qu’apportent les équipes spécialisées à domicile ?

Objectif : préserver les capacités restantes.
Les premières équipes spécialisées Alzheimer (ESA) ont été déployées en 2009 par les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD),  dans le cadre du plan Alzheimer 2008-2012. Elles délivrent une thérapie non médicamenteuse, entièrement prise en charge par l’Assurance maladie, aux personnes chez qui un diagnostic de maladie d’Alzheimer ou de maladie apparentée (MAMA) a été posé, à un stade léger à modéré (Mini Mental State Evaluation (1) ≥ 18).  Cette thérapie peut être renouvelée chaque année, si l’indication subsiste.

Page 6 of 7
BESOIN D’UNE AUTRE PRESTATION ?